Le Visiteur

Assis sur une chaise haute,
Grand,beau et silencieux,
Il tirait sur sa derniere cigarette:

 La pandémie battait son plein,

Il est arrivé tôt ce matin-là,

Il posa sur la table un sac des ravitaillements ;

Assis sur une chaise haute,

Grand, beau et silencieux,

Il tirait sur sa dernière cigarette ;

 Petite,

 Elle atteignait la hauteur de son front ;

 Le contour délicat de ses yeux,

Une minuscule fossette dans le menton

Et, ses narines sensuelles la captivaient ;

 Elle chassa amèrement

L’envie folle de serrer la tête de l’homme,

Contre son sein ,

De couvrir son visage basané des baisers ;

Elle aussi avait fait la guerre,

Mais la guerre de la vie ;

 Langoureuse,

Elle chercha longtemps dans son regard,

Un signe,

Une suspicion d’amour,

Rien, un vide,

Autrefois, il a connu l’amour,

L’amour qui trahit et qui fait mal,

L’amour qui tue,

Et il mourrait doucement ;

Elle mourrait aussi à force de l’aimer,

Incapable de déclarer son amour

A un homme sans âme.

Anita Bacha

Photo by Thau00eds Silva on Pexels.com